Aller au contenu

Betisier et Anecdotes WSOP 2009


Gilles 6.7

Messages recommandés

  • Membre Alsace Poker 2023-2024

Fossil on the River

Il était bien étonnant que Barry Greenstein n'ait pas encore fait des émules chez les pros, lui qui à chaque sortie de tournoi offre et dédicace son livre Ace on the river à son bourreau. Greg Raymer, également connu sous le sobriquet de "Fossil man" entre ses lunettes yeux-de-serpent et fossiles sous verre en guise de protecteurs de carte, a finalement décidé de faire de même durant ces Series. Les joueurs ayant sorti le Champion du Monde 2004 se sont en effet vu offrir... son fossile dédicacé. Reste pour eux à voir comment caser ça sur la cheminée sans faute de goût.

Le poker ça rend jeune

L'Event 6 remporté par l'américain Freddie Ellis a battu le record du heads-up à l'âge total le plus élevé - hors tournoi des Seniors - : 140 ans (74 pour Ellis, 66 pour son dauphin Eric Drache). Alors, elle était où la jeune garde d'Internet ?

Des touristes (généreux) à Vegas

Entre arrivées tardives et multi-tabling sauvages, quelques grands joueurs ont bien souvent fait se demander s'ils ne prenaient pas un peu trop à la légère leurs tournois. Mais certains ont parfois fait encore plus fort. Quand Phil Ivey prit son siège dans l'Event 8 de deuce-to seven lowball, alors qu'il reçut ses cartes le champion a d'abord questionné « de quel jeu s'agit-il ? », avant de demander où étaient passés ses jetons face aux montagnes des joueurs adverses... qui avaient déjà usé de leur droit aux add-on prévus.

Ce diable de Phil Ivey bluffait-il ? Car passé l'hilarité générale provoquée, le champion s'est au bout du compte adjugé ce tournoi !

Et si ce qui était son premier bracelet 2009 avait sans aucun doute ravi l'américain dans sa quête aux breloques, on ne peut pas en dire autant de l'argent, ses quelques 100 000 $ de la première place étant partis... en pourboires pour les croupiers.

Trop tard pour réviser ?

Dans la série mauvais élève qui n'a pas fait ses devoirs, Sorel Mizzi s'est installé dans l'Event 12 de Mixed avec un exemplaire de Super System 2 de Doyle Brunson dans les mains, à la page "Triple Draw, Comment jouer". Tant que la maîtresse ne vous interroge pas...

Conflit diplomatique

Il n'y a pas que les joueurs qui se sont parfois montrés étourdis. Un couac s'est glissé dans la nouvelle cérémonie protocolaire de remise des bracelets, avec le finlandais Ville Wahlbeck s'étant vu jouer en son honneur... l'hymne suédois pour sa victoire dans ce même Event 12. Grand seigneur, Ville n'en a pas pris ombrage en sortant du podium avec le sourire.

No we can't

Dans la série paris stupides et rumeurs lancées, quelques joyeux lurons (Greenstein, Matusow, Ferguson, Lindgren, Ivey et d'autres) auront permis d'entretenir le buzz : Barack Obama allait-il faire montre de sa présence et jouer au moins une main lors du Main Event ?

Perdu, le président américain n'a finalement pas été vu du côté du Rio cet été.

Essaye encore

Avec 42 places payées, l'américain Tony Cousineau détient le record du plus grand nombre de rentrées dans l'argent des WSOP sans jamais la moindre victoire. Et ce n'est pas faute d'avoir fait tout son possible pour briser le signe indien cette année, puisque l'américain en aura cette fois enregistré pas moins de 7. A l'année prochaine Tony !

Antony Lellouche, appelez-le madame Irma

Il est souvent dit que la lecture des adversaires est l'une des plus grosses qualités que puisse avoir un joueur de poker. Et en la matière, Antony Lellouche a fait fort lors de l'Event 27 de Pot-Limit Omaha, jetant ses cartes à peine le flop A-A-6 dévoilé. Son adversaire, Alex Kravchenko n'a pu que se résigner à retourner les siennes avec dépit, A-A pour un joli carré d'as floppé.

Attaque au gaz sur le Rio

Des joueurs avec le tee-shirt relevé sur le visage, prêt à suffoquer, d'autres qui préfèrent quitter leur siège. Mais que s'est-il donc passé du côté de la table de Bruno Fitoussi et Maya Gellar lors de l'Event 33 de Championnat du Monde de Limit Hold'em ? Une attaque terroriste ? Des CRS français étant passés faire la fête du côté de Vegas ? Rien de tout cela, simplement un joueur n'ayant visiblement pas pris un petit-déjeuner facile à digérer, et s'étant surtout quelque peu oublié...

Une nouvelle tactique de déconcentration de l'adversaire à creuser ?

La tête dans le seau

Dans la série "tout n'est pas si scintillant à Vegas", Matt Giannetti a également contribué à sa façon. Peut-être malade mais plus sûrement sous le contrecoup d'une soirée bien arrosée, le joueur italien a été vu subitement se lever de table... pour aller vomir dans une poubelle qui traînait par là. Avant de revenir comme si de rien n'était ou presque retrouver ses adversaires de tablée, sans doute mi-amusés mi-choqués ; on espère au moins que le fêtard se sera bien essuyé la bouche en revenant. Ah et si vous mangiez à la lecture de ces lignes, bon appétit bien sûr !

Gaffes en stock

Quelques joueurs ont parfois essuyé quelques bad beat du genre de ceux que l'on ne voit pas venir, et qui font mal. Mais nous ne parlons toutefois pas de cartes ici, plutôt de cascades ou de maladresses à la Pierre Richard.

C'est d'abord notamment Chau Giang qui nous a gratifié d'un splendide "tombé de chaise" lors de l'Event 40. A avoir empilé deux sièges l'un sur l'autre pour prendre plus de hauteur, comme dans certains films comiques des années 80, on admettra qu'on l'avait vu venir.

Plus classique mais toujours aussi efficace, le gag de celui qui fait tout tomber. Et quand l'on parle de poker, on imagine l'accident tragique lorsqu'il s'agit de ses nombreux jetons pour le joueur maladroit. C'est en tout cas ce qui est arrivé à l'un d'entre eux au moment de changer de table lors du cinquième jour du Main Event, ayant buté sur un caméraman.

Et comme si ce n'était pas suffisant, un de ses facétieux adversaires lui fit ensuite croire que tout jeton tombé à terre était censé être disqualifié.

Gageons que M. Lagaffe regardera à deux fois où il marche la prochaine fois.

Quand c'est l'heure...

L'anecdote de l'Event 45 de Pot Limit Hold'em à 10 000 $ se retrouve dans ce bêtisier mais n'aura pas fait rire tout le monde. Alors que les inscriptions restent parfois ouvertes durant les deux premières heures de jeu, de nombreux joueurs (dont une majorité de stars) ont pris l'habitude de n'arriver qu'à la dernière minute ou en cours de partie. Problème, au moment du début officiel de ce tournoi, les tables sonnaient bien creux (150 joueurs sur les 275 au final), avec des joueurs ponctuels s'étant trouvés devoir jouer à trois ou quatre en attendant que les places laissées libres en prévision ne trouvent preneur. Un micmac organisationnel pas vraiment du goût de certains, superviseurs compris.

Un abonnement... à vie ?

Avec trois places payées durant ces WSOP 2009, Howard 'Tahoe' Andrew n'est pas le joueur le plus remarquable de ces Series. Et pourtant, l'américain détient le record du joueur à avoir pris part aux Series durant le plus grand nombre d'années consécutives, 35 ans ! Depuis 1974, Andrew aura en effet disputé au moins une épreuve chaque année. L'homme affiche aujourd'hui à son compteur 17 places payées et deux bracelets, obtenus en 1976.

Alors rendez-vous en 2010 monsieur Andrew ?

Le Razz, oui mais avec modération

Une anecdote qui aurait très bien pu ne pas figurer dans notre bêtisier si elle avait connu un dénouement moins heureux, fut le malaise de John Cernuto dans l'épreuve 44 de Razz. Convié à l'hôpital, le joueur a finalement pu reprendre normalement la compétition quelques jours plus tard. Mais là où se trouve la réelle curiosité, c'est que l'affaire a fait suite au même type de mésaventure pour Eskimo Clark en 2007, dans une épreuve de Razz, déjà ! A la différence que ce dernier avait refusé d'être emmené se faire soigner.

A finir par croire que le Hold'em a trouvé son improbable maître en matière d'émotions.

On ne la fait pas à Andy Bloch

A l'origine d'une affaire de cartes marquées durant ces WSOP 2009 (Bloch avait attiré l'attention sur un jeu douteux, photo plus tard diffusée sur Internet à l'appui), Andy Bloch a également été vu se plaindre d'une carte de coupe (celle plastifiée que l'on met sous le paquet pour que personne ne puisse par inadvertance voir la dernière carte) ... transparente.

Que ses adversaires prennent garde, le cow-boy a décidément l'œil, et le bon.

Un coup du Groland ?

Le protocole des hymnes dédié aux vainqueurs a parfois connu quelques couacs. Après l'erreur d'attribution infligée à Ville Wahlbeck, pour sa victoire dans l'Event 45 John Kabbaj a lui eu droit au God Save the Queen (jusque là tout va bien pour le joueur anglais)... version Sex Pistols. En l'absence de victoire française, la Marseillaise l'a peut-être finalement échappé belle.

Déjà vu

2009 restera dans l'histoire des WSOP comme l'année des performances rééditées. 14 des vainqueurs de cette année avaient en effet déjà un bracelet à leur poignet.

Et pour la première fois en 40 ans, quatre joueurs auront même réussi à s'adjuger au moins deux bracelets durant la même édition : Phil Ivey (events 8 et 25), Brock Parker (events 14 et 19), Jeff Lisandro (events 16, 37 et 44), et Greg Mueller (events 33 et 50).

Du Diable Vauvert

L'adage "one chip one chair", selon lequel un jeton suffit pour survivre et même parfois aller au bout, se vérifie plus souvent qu'on ne le pense. Et même si Scott Richey n'aura pas vaincu dans l'Event 51, sa remontée est à mettre au rang des plus belles au cours de ces Series.

Un temps tombé à 75 jetons, l'américain pensait bien sa dernière heure venue lorsque ses derniers deniers se retrouvaient opposés à une paire d'AA et une paire de KK. Miracle du poker, Richey se voyait finalement craquer les deux meilleures mains de départ du Hold'em, avant d'enchaîner ce "triple up" par quelques nouveaux tapis gagnés, pour finalement finir par remonter... à 8000 jetons !

J'ai pas fait exprès

Parmi les histoires des joueurs ayant réussi de belles choses avant d'avouer qu'ils ne comptaient pas jouer ou que des proches leur avaient forcé la main, celle de David Halpern dans l'Event 53 vaut son pesant de cacahuète. Deux jours plus tôt, l'américain s'était rendu au Rio pour disputer quelques parties de cash game. Las, la table de Pot-Limit Omaha affichait une liste d'attente. A contrecœur, Halpern décida finalement de s'inscrire dans cette épreuve de 7-Stud Hi-Lo à 1500$. La petite histoire vous la connaissez sans doute déjà : l'homme a fini par s'adjuger le tournoi !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Membre Alsace Poker 2023-2024

Suite ....

Le bal des étourdis

On ne le dira jamais assez : pour réussir au poker il faut rester concentré. Un conseil pas vraiment suivi par l'adversaire de Scott Kittle au cours d'un heads-up d'accession au tour suivant lors de l'Event 50 Shoot-out. Lors de la main décisive, l'inattentif perdant aura en effet jeté sa main alors que le flop affichait la quinte A-2-3-4-5... qui lui donnait droit à la moitié du pot.

Même mésaventure mais sort plus heureux pour un autre joueur lors de l'Event 51. Alors que le coup était parti à tapis et que le premier joueur avait retourné un paire d'as, le second jeta directement les siennes à la défausse, une pourtant belle paire de rois. Mais un croupier zélé quoique s'appuyant sur le règlement rendit la main au défaitiste malgré les protestations de son adversaire... Ce dernier avait peut-être senti le coup venir, ... celui d'un roi qui aura cruellement décidé d'apparaître à la river.

Un tout autre charlot

Finir troisième d'un tournoi en étant descendus à 300 maigres jetons (pour un tapis de départ de 4500) n'est pas une mince affaire. C'est en tout cas ce qu'a accompli Joseph Chaplin au cours de l'Event 54 de No Limit Hold'em. Un coup à devenir célèbre. Mais l'ami Joseph n'en a pourtant pas besoin, son nom venant témoigner de son lien de parenté d'avec le célèbre acteur Charlie Chaplin.

Oh et puis non !

On connaissait certaines stars arrivant de plus en plus tard pour prendre leur siège et commencer leur partie, au point parfois de perturber le début des tournois, mais l'inénarrable Phil Hellmuth a cette fois fait encore plus fort (et cette fois l'affaire sera difficile à battre) : s'inscrire à un tournoi et ne pas s'y présenter. Un lapin qui pourrait paraître banal, jusqu'à ce qu'on se souvienne que l'on parle bien d'un tournoi à 2000$ l'entrée (event 55). Les jetons ont finalement fini par être retirés du tournoi. Quant à Phil, l'histoire ne dit pas si la fête a au moins été bonne.

Sans les mains

Dans le récit autobiographique de ses 50 mains les plus marquantes, Poker 50/50, Doyle Brunson avait déjà confessé avoir réussi à remporter un coup... sans cartes. Scotty Nguyen a bien failli connaître la même anecdote, à ses dépends cette fois, au cours de l'Event 56. Se trouvant sur-relancé par un joueur au bouton, le sémillant américain décida de payer, avant de voir avec stupeur son adversaire réclamer sa deuxième carte au croupier. Le tapis instantané de Nguyen sur un flop anodin conclut finalement l'affaire, laissant Scotty quitte à une petite frayeur. Il lança en effet ensuite avec humour à la cantonade que l'affaire aurait été le moment le plus embarrassant de ses 27 ans de carrière s'il avait perdu le coup face à un joueur avec une seule carte. Sacré Scotty, même sans le vouloir, toujours à faire le spectacle !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Suite ....

Sans les mains

Dans le récit autobiographique de ses 50 mains les plus marquantes, Poker 50/50, Doyle Brunson avait déjà confessé avoir réussi à remporter un coup... sans cartes. Scotty Nguyen a bien failli connaître la même anecdote, à ses dépends cette fois, au cours de l'Event 56. Se trouvant sur-relancé par un joueur au bouton, le sémillant américain décida de payer, avant de voir avec stupeur son adversaire réclamer sa deuxième carte au croupier. Le tapis instantané de Nguyen sur un flop anodin conclut finalement l'affaire, laissant Scotty quitte à une petite frayeur. Il lança en effet ensuite avec humour à la cantonade que l'affaire aurait été le moment le plus embarrassant de ses 27 ans de carrière s'il avait perdu le coup face à un joueur avec une seule carte. Sacré Scotty, même sans le vouloir, toujours à faire le spectacle !

Enorme...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • Statistiques des membres

    2 789
    Total des membres
    804
    Maximum en ligne
    RichardAlkax
    Membre le plus récent
    RichardAlkax
    Inscription
  • Statistiques des forums

    10k
    Total des sujets
    161k
    Total des messages
×
×
  • Créer...